29M, ma première grève générale à Barcelone

On en parle depuis des semaines, la première grève générale convoquée sous le nouveau gouvernement Rajoy, c’était aujourd’hui, et c’était une première pour moi. J’ai vécu de nombreuses grèves en France mais jamais à l’étranger, et comme on a la réputation de champions du monde de la grève, et que le gouvernement s’était félicité des accords de services minimum partout (écoles, transports, hôpitaux…), je dois dire que je m’attendais à une mini-grève de bac à sable, malgré tous les tags et toutes les affiches qui s’accumulaient dans les rues depuis une semaine. Et bien j’en ai pris pour mon grade !

Lire la suite

Marseille en musique #6 : Marseille, port d’amour

Comme je suis à Barcelone, je me suis dit : faut faire un Marseille en musique en catalan ! Et c’est possible grâce à Estem Salvats et la chanson "Marseille, port d’amour", 4 minutes 20 très jazzy en hommage au poète Joan Salvat-Papasseït.

C’est ici pour l’écouter sur MySpace en lisant le billet… Lire la suite

Décaler les élections locales, pas bête !

Demain on célèbre les élections régionales en Espagne…enfin, seulement en Andalousie et en Asturies. Du coup, on en parle un peu partout dans les médias en se focalisant beaucoup plus sur les enjeux locaux que ce que l’on peut voir en France, car quoiqu’il arrive, le seul enseignement national que l’on pourra tirer des résultats c’est qu’une ou deux régions soutiennent ou désapprouvent le parti au pouvoir à Madrid.

Et encore, ce serait un sacré raccourci de penser que le PP (droite, au pouvoir à Madrid et un peu partout en Espagne) dans son ensemble a le soutien des andalous, ou s’ils ont juste décider de changer après 30 ans de PSOE (gauche, opposition nationale mais sortante en Andalousie). Et forcément, ça m’a donné une idée… Lire la suite

J’ai passé la nuit à la Radio Espagnole

Il faut que je confesse quelque chose : j’ai toujours rêvé de faire de la radio ! Une matinale, une interview dans un programme du week-end, du direct ou enregistré, même une mini-chronique dans un truc qui passe la nuit ! Bref, n’importe quoi mais avec un micro et sans images. A Barcelone, j’ai justement une amie qui co-anime une émission de radio sur RNE3, une sorte de Mouv’ espagnol (la station "cool" du groupe national), l’émission s’appelle "Afectos Matinales" (affects matinaux) et passe du lundi au jeudi de 3h à 6h du matin.

Hier soir, elle m’avait invitée à y assister, rendez-vous pris à 1h30 au siège barcelonais de RNE. J’étais comme un fou, j’allais passer dans les coulisses d’une émission de radio ! Et voilà comment j’ai vécu "ma première fois"…

Lire la suite

Campagne Loewe : quel manque d’élégance !

Loewe est une marque madrilène de maroquinerie et prêt-à-porter (groupe LVMH)qui défraie la chronique et enflamme les TT de twitter en Espagne après avoir sorti un spot de pub sur internet. On en parle partout, tout le temps, tous les professionnels ont un avis, tous les journaux en ont fait un petit (ou grand) article, et le web continue de flamber.

Mais…"qué pasa" ?

Quelques éléments de cadre : Loewe fait du "luxe", mais entendons-nous bien, du luxe "de masse" ou "mass prestige", qui est la spécialité de LVMH. Bref, une marque très chère mais concernant suffisamment de monde pour que de la com de masse s’avère pertinente. En Espagne, on dit facilement que c’est une marque de "pijos", que l’on traduit rapidement en français par "fils à papa" ou "gosse de riche", cliquez pour voir la belle photo de Bart Simpson en pijo espagnol… Bref, on a tous compris à quoi on avait affaire, on peut envoyer la vidéo (avec sous-titre anglais). Lire la suite

Je cuisine…"un riz" au chorizo (à Barcelone)

Lorsque je suis venu vivre pour la première fois en Espagne, j’ai découvert qu’en plus de la paella, on pouvait faire du riz à presque tout : légumes, poissons, viandes… suivant l’état des réserves. Ce qui est bien pratique le week-end, aujourd’hui par exemple, lorsqu’on est rentré au petit matin d’une soirée dans un squat à l’Hospitalet de Llobregat, qu’on se réveille avec une faim d’ogre mais qu’on a pas du tout envie de faire des courses.

J’ai donc ouvert le frigo et voilà ce que j’y ai trouvé : poivron, tomates cerises et chorizo. Côté placard : un oignon, une tête d’ail, un bouillon cube et du riz. Parfait ! Voilà comment se faire un bon truc en 30 minutes. Lire la suite

Pétrole au large de Marseille : opportunité ou arnaque ?

Un article de Marsactu relayant le point de vue de l’UPE13 a relancé la discussion sur la possibilité d’une plateforme pétrolière au large de Marseille. Comme le dit P.Boucaud dans les commentaires, on ne peut que s’étonner que la question ne fasse pas plus débat, ou alors souvent de manière assez caricaturale : les pétroliers disent qu’on passe à côté d’une opportunité, les écologistes pointent le drame BP en Louisianne et nos super politiques se gardent bien de lancer d’autres idées, bien calés dans le sens du vent.

Je me pose plusieurs questions : que vaut vraiment ce gisement ? Qui pourrait en tirer les bénéfices ? Quel est la probabilité d’une catastrophe écologique ? Et en y répondant j’ai envie d’être contre, sauf dans un cas de figure…

Lire la suite

Réinvestir l’espace public

Premier billet de débrief de l’émission de France Culture "Villes Monde" sur Marseille, diffusée le 19 février. Deux heures en compagnie d’Ariane Ascaride, Emmanuel Germond, Kamel Saleh, Frédéric Valabrègues, Caty Avram, Philippe Carrese, Nicolas Mémain et Frédéric Nevchéhirlian pour parler culture, problèmes, urbanisme, création… et tenter une fois de plus d’expliquer Marseille aux parisiens.

Le meilleur a côtoyé le pire : c’est quand même dommage que des quatre invités en plateau, un seul habite Marseille à plein temps, ce qui ne nous a pas permis d’évacuer immédiatement les poncifs… Mais il y a aussi eu de très bonnes analyses, notamment une qui partait mal mais qui a bien fini : Ascaride et Valabrègues nous rejouent le couplet nostalgique du Marseille des années 70 où on sortait encore, celui des cinés sur la Canebière, face au désert actuel (bla bla bla – on le connait tous trop bien). Et là, Ascaride explique quelque chose que l’on devrait écrire en lettre d’or à l’hôtel de ville et à la Préfecture : "on nous dit, la Canebière le soir c’est dangereux, mais si tout le monde ressort, ça sera plus dangereux" ! In fine, il ne faut pas plus de policiers, il faut juste plus de monde dans les rues. Reste à savoir comment faire sortir "tout le monde" ? Voilà deux petites idées… Lire la suite

Déficits, autonomie et indépendance

Voilà près d’une semaine que je suis arrivé à Barcelone et que je suis frappé par une chose. En bon infobèse, j’ai abusé de journaux, télé, radio et internet, ce qui m’a bien aéré : ici pas de campagne présidentielle (j’y reviendrai), pas de défaites de l’OM, pas de visite de C.Guéant… mais un sujet récurrent : le pacte européen de stabilité et les objectifs de déficit. Tout ça se joue en Catalogne sur fond de "pacte fiscal" qui est grosso modo un accord entre les gouvernements catalan et espagnols sur la contribution de la région au budget national, avec le spectre de l’indépendance…

Lire la suite

La télévision espagnole…pour le meilleur mais surtout le pire !

Un billet pour résumer de nombreuses conversations que j’ai eu avec des espagnols ou des français sur cette chose magique qu’est la télévision en Espagne. Il faut avoir plusieurs éléments en tête pour commencer : ici chaque région, chaque ville a au minimum une chaîne (à Barcelone, j’en ai compté au moins 7), l’arrivée de Berlusconi dans le paysage via Telecinco a largement dynamisé la "putasserie" du paysage, et il y a ces ovnis télévisuels que sont d’un côté les telenovelas sudaméricaines et les émissions de "cotilleo", de cancans, de ragots… comme un Public ou un Closer télévisé, mais à un niveau assez incroyable.

Pour se rendre compte de tout ça, il existe un outil magique de la télévision catalane : APM (Alguna Pregunta Més? que l’on pourrait traduire plus ou moins par : Est-ce qu’il y a une autre question?), une sorte de zapping super bien éditorialisé qui permet en quelques minutes de voir le meilleur, et bien souvent le pire, de ce que peut offrir la télévision espagnole. Comme par exemple cet extrait, sorte d’école des fans de l’horreur. Lire la suite