Barcelone étouffée : comment gérer la massification du tourisme ?

[Ce billet fait partie d'une série de trois, voir détails ici : Barcelone étouffée par le tourisme, quels enseignements pour Marseille ?]

A priori, le tourisme est plutôt bon pour une ville, il apporte des richesses financières (20 millions d’euros par jour à Barcelone par exemple) mais aussi culturelles (ouverture à l’autre, langues étrangères…). Attention à également prendre en compte l’impact négatif, car tout phénomène à un impact positif et négatif selon de quel point de vue on se place. Cet impact peut être environnemental ou social (hausse des prix plus importantes que les salaires des habitants et perte de pouvoir d’achat). Et c’est bien pour ça qu’il s’agit aussi d’une affaire de bonne ou mauvaise gestion. Lire la suite

Barcelone étouffée : quand on parle des Ramblas comme de la Canebière

[Ce billet fait partie d'une série de trois, voir détails ici : Barcelone étouffée par le tourisme, quels enseignements pour Marseille ?]

Le premier point qui m’a frappé dans le documentaire Bye Bye Barcelona, ce sont les mots utilisés par les Barcelonais pour parler des Ramblas et du centre-ville. Il y a un parallèle évident entre Ramblas et Canebière, et pas pour les raisons que l’on croit. Les deux avenues sont emblématiques de la ville où elles s’étendent, certes, mais c’est le discours d’exclusion suite à une invasion qui a attiré mon attention. Lire la suite

Barcelone étouffée par le tourisme : quels enseignements pour Marseille ?

Marseille mise sur le tourisme pour son développement économique, c’est un des axes de la nouvelle mandature Gaudin-Teissier. Ils n’étaient que 2,8 millions en 1996, ils étaient 4 millions en 2011 et près de 5 millions l’année dernière (source: l’office du tourisme dans l’Echo Touristique). Au-delà des chiffres, c’est un phénomène perceptible dans les rues du centre-ville, sur le vieux-port, sans parler du Panier, du J4 ou des Calanques. Qui n’a pas croisé son japonnais ou son américain perdu dans le métro ou le tram ? Les hôtels ouvrent, embauchent, des endroits mal famés deviennent plus attrayants, certains sentent même une certaine fierté à voir des gens d’ailleurs trouver notre ville digne d’intérêt. Quelques personnes tirent néanmoins la sonnette d’alarme, les critiques viennent parfois de gauche : ce serait le tourisme contre le Marseille populaire, et parfois de droite : le tourisme et l’économie résidentielle contre le développement industriel et high-tech.

Je suis très récemment tombé sur un documentaire sur Barcelone, modèle invoqué s’il en est à Marseille. Je vais tenter de vous en présenter les points qui, selon moi, nous apprennent le plus pour le cas marseillais. Le but du documentaire est de dénoncer les abus du tourisme de masse qui, des mots des habitants, transforme Barcelone en parc d’attraction. Le cas Barcelone est intéressant car il offre (presque) 25 ans de recul sur les conséquences d’une stratégie que la Mairie de Marseille assume comme exemple. Un des bénéfices d’être en retard étant de pouvoir ne pas reproduire les erreurs de ceux partis plus tôt, j’ai pensé pertinent de partager ça ici.

Pour que ce soit plus digeste, je les publie en deux billets différents :

Mais avant toute chose, voilà le documentaire, avec la possibilité de sous-titre en anglais (ou en castillan pour les passages en catalan).

 

Carte postale de…Catalogne (Barcelone-free)

Benvinguts !

Dans cette carte postale je ne parlerai pas de Barcelone mais de trois autres endroits de Catalogne que j’ai visité pendant mon séjour catalan : Vic,Tarragona et l’Empordà. Un coup au centre (Vic), un coup en bas (Tarragona) et un coup en haut (l’Empordà), de bonnes idées pour sortir un peu de Barcelone ! Lire la suite

Un Raval nettoyé accueille Guédiguian et Ascaride

Avril 2012, près de vingt ans après les Jeux Olympiques, deuxième mois d’exercice de la nouvelle Filmothèque de Catalogne, confortablement nichée dans le Raval. Ce quartier, c’est un peu le Belsunce de Barcelone, le quartier du centre-ville en perpétuelle réhabilitation. Vingt ans après les premiers coups de bulldozer, d’institutions culturelles et de bars cools, on peut dire que ça a fonctionné…en partie. A lui seul, ce quartier montre la portée et les limites d’un urbanisme de gentrification au forceps. Lire la suite

29M, ma première grève générale à Barcelone

On en parle depuis des semaines, la première grève générale convoquée sous le nouveau gouvernement Rajoy, c’était aujourd’hui, et c’était une première pour moi. J’ai vécu de nombreuses grèves en France mais jamais à l’étranger, et comme on a la réputation de champions du monde de la grève, et que le gouvernement s’était félicité des accords de services minimum partout (écoles, transports, hôpitaux…), je dois dire que je m’attendais à une mini-grève de bac à sable, malgré tous les tags et toutes les affiches qui s’accumulaient dans les rues depuis une semaine. Et bien j’en ai pris pour mon grade !

Lire la suite

Marseille en musique #6 : Marseille, port d’amour

Comme je suis à Barcelone, je me suis dit : faut faire un Marseille en musique en catalan ! Et c’est possible grâce à Estem Salvats et la chanson "Marseille, port d’amour", 4 minutes 20 très jazzy en hommage au poète Joan Salvat-Papasseït.

C’est ici pour l’écouter sur MySpace en lisant le billet… Lire la suite

Décaler les élections locales, pas bête !

Demain on célèbre les élections régionales en Espagne…enfin, seulement en Andalousie et en Asturies. Du coup, on en parle un peu partout dans les médias en se focalisant beaucoup plus sur les enjeux locaux que ce que l’on peut voir en France, car quoiqu’il arrive, le seul enseignement national que l’on pourra tirer des résultats c’est qu’une ou deux régions soutiennent ou désapprouvent le parti au pouvoir à Madrid.

Et encore, ce serait un sacré raccourci de penser que le PP (droite, au pouvoir à Madrid et un peu partout en Espagne) dans son ensemble a le soutien des andalous, ou s’ils ont juste décider de changer après 30 ans de PSOE (gauche, opposition nationale mais sortante en Andalousie). Et forcément, ça m’a donné une idée… Lire la suite

J’ai passé la nuit à la Radio Espagnole

Il faut que je confesse quelque chose : j’ai toujours rêvé de faire de la radio ! Une matinale, une interview dans un programme du week-end, du direct ou enregistré, même une mini-chronique dans un truc qui passe la nuit ! Bref, n’importe quoi mais avec un micro et sans images. A Barcelone, j’ai justement une amie qui co-anime une émission de radio sur RNE3, une sorte de Mouv’ espagnol (la station "cool" du groupe national), l’émission s’appelle "Afectos Matinales" (affects matinaux) et passe du lundi au jeudi de 3h à 6h du matin.

Hier soir, elle m’avait invitée à y assister, rendez-vous pris à 1h30 au siège barcelonais de RNE. J’étais comme un fou, j’allais passer dans les coulisses d’une émission de radio ! Et voilà comment j’ai vécu "ma première fois"…

Lire la suite

Campagne Loewe : quel manque d’élégance !

Loewe est une marque madrilène de maroquinerie et prêt-à-porter (groupe LVMH)qui défraie la chronique et enflamme les TT de twitter en Espagne après avoir sorti un spot de pub sur internet. On en parle partout, tout le temps, tous les professionnels ont un avis, tous les journaux en ont fait un petit (ou grand) article, et le web continue de flamber.

Mais…"qué pasa" ?

Quelques éléments de cadre : Loewe fait du "luxe", mais entendons-nous bien, du luxe "de masse" ou "mass prestige", qui est la spécialité de LVMH. Bref, une marque très chère mais concernant suffisamment de monde pour que de la com de masse s’avère pertinente. En Espagne, on dit facilement que c’est une marque de "pijos", que l’on traduit rapidement en français par "fils à papa" ou "gosse de riche", cliquez pour voir la belle photo de Bart Simpson en pijo espagnol… Bref, on a tous compris à quoi on avait affaire, on peut envoyer la vidéo (avec sous-titre anglais). Lire la suite